Installation septique – Les technologies

La réglementation permet l’utilisation d’une vaste gamme de technologies pour traiter les eaux usées.

Plusieurs technologies de traitement sont disponibles sur le marché de l’installation septique résidentielle, commerciale et institutionnelle. Celles-ci permettent un traitement avancé des eaux usées avant leurs rejets vers un champ de polissage (épandage souterrain) ou dans un fossé de rue. La mise en place d’une technologie de traitement est directement reliée aux conditions de sol d’une propriété ou de l’espace disponible pour l’implantation du système. Dans ces situations, les propriétaires de résidence isolés ou de commerce devront faire un choix parmi les technologies disponibles.

Consulter nos professionnels de l’assainissement est un incontournable lorsque vient le temps d’évaluer la solution technologique la mieux adaptée à votre propriété.

Vous trouverez ici-bas une liste sommaire de différentes technologies :

BionestMD

www.bionest-tech.com/

Le système Bionest reproduit de façon accélérée l’épuration naturelle normalement effectuée dans le sol. Le traitement s’effectue dans un environnement restreint et contrôlé afin de retirer des eaux usées les polluants nocifs pour la santé et l’environnement.

Le Bionest est un réacteur biologique de même taille que la fosse septique de laquelle il récircule l’eau prétraitée. Le Bionest est garni d’un média synthétique breveté sur lequel se fixe une culture microbienne. Une conduite d’aération provenant de la résidence est reliée au Bionest et permet l’oxygénation nécessaire au traitement biologique. Un dispositif de recirculation permet d’améliorer l’efficacité de la fosse septique et optimiser le traitement. Suite au Bionest, les eaux usées sont infiltrées dans le sol naturel lorsque les caractéristiques du terrain le permettent.

Le système Bionest est compact et complétement enfoui. Son média est permanent et inaltérable.

Lorsque les caractéristiques du terrain ne permettent pas l’infiltration dans le sol naturel (petite superficie de terrain, présence de puits, sol argileux, roc en surface, etc.), l’effluent de la chaine de traitement pourrait être dirigé vers une unité avec lampe UV. Dans certaines situations, cette combinaison permettra le rejet des eaux traitées dans un fossé.

bionest

Écoflo®

www.biofiltreecoflo.com

Le Biofiltre Écoflo ou l’Écoflo Filtre Coco sont garni de milieu filtrant breveté composé de matières 100% organiques revalorisées. L’Écoflo peut être fabriqué en trois types de caisson soit en polyéthylène, béton et fibre de verre. Quant au milieu filtrant, il peut être composé de bicouche ou uniquement de fibre de coco.

Avant d’être envoyées vers l’Écoflo, les eaux usées provenant du bâtiment traversent d’abord une fosse septique. Elles s’écoulent ensuite à travers le milieu filtrant de l’Écoflo qui agit comme barrière physique et retient les polluants. Les eaux usées sont ensuite infiltrées dans le sol naturel lorsque les caractéristiques du terrain le permettent. Lorsque le milieu filtrant est composé uniquement de fibre de coco, l’effluent de L’Écoflo doit être dirigé vers un filtre à sable avant d’être infiltré dans le sol naturel.

Le milieu filtrant doit être remplacé après une période de 10 à 15 ans. Néanmoins, son remplacement est effectué sans endommager l’aménagement existant.

Le choix du type de caisson et du milieu filtrant doit être évalué avec nos professionnels puisque la recommandation sera basée sur les caractéristiques de la propriété et des contraintes locales.

Lorsque les caractéristiques du terrain ne permettent pas l’infiltration dans le sol naturel (petite superficie de terrain, présence de puits, sol argileux, roc en surface, etc.), l’effluent de la chaine de traitement pourrait être dirigé vers un filtre de désinfection FDI ou une unité avec lampe UV. Dans certaines situations, cette combinaison permettra le rejet des eaux traitées dans un fossé.

Toutefois, s’il y a présence d’un lac en aval du point de rejet dans le fossé, une unité de déphosphatation DpEC devra être intégrée avant un Biofiltre Écoflo (avec une unité à lampe UV) ou d’un kit de filtre à sable. L’unité DpEC Autonettoyant fonctionne selon le principe de l’électro-coagulation qui consiste à appliquer un courant continu de faible intensité entre deux électrodes submergées. Ce procédé libère des particules d’aluminium qui pourront agglomérer avec le phosphore présent dans l’eau et créer une boue. Muni d’un procédé d’autonettoyage en continu des électrodes, le système assure la fiabilité et la stabilité des performances ainsi que l’utilisation optimale des électrodes. Le changement des électrodes doit être effectué après une période d’utilisation de 12 à 15 mois.

Filiere Ecoflo

Hydro-Kinetic®

http://www.enviro-step.ca/

L’Hydro-Kinetic présente une technologie de traitement qui ne nécessite pas de fosse septique conventionnelle. La technologie dispose de deux réservoirs en béton qui sont compartimentés de façon à séparer les différents processus de traitement: la recirculation des liquides, l’oxygénation des eaux, la décantation et la filtration. Suite à l’Hydro-Kinetic, les eaux usées sont infiltrées dans le sol naturel lorsque les caractéristiques du terrain le permettent.

La technologie regroupe l’ensemble de ses éléments mécaniques à l’extérieur du bâtiment, facilement accessible pour l’entretien. Puisque la chaine de traitement ne contient pas de fosse septique, les boues du système seront vidangées au besoin uniquement plutôt qu’à une fréquence prédéterminée par le règlement.

Lorsque les caractéristiques du terrain ne permettent pas l’infiltration dans le sol naturel (petite superficie de terrain, présence de puits, sol argileux, roc en surface, etc.), l’effluent de la chaine de traitement pourrait être dirigé vers une unité avec lampe UV. Dans certaines situations, cette combinaison permettra le rejet des eaux traitées dans un fossé.

Toutefois, s’il y a présence d’un lac en aval du point de rejet dans le fossé, un filtre de déphosphatation devra être intégré suite à l’Hydro-Kinetic. Le filtre de déphosphatation Phos-4-Fade est une solution passive utilisant l’alumine pour retenir le phosphore contenu dans l’eau. L’alumine est un matériel granulaire qui est confinée dans un réservoir enfoui et absorbe le phosphore contenu dans l’eau. Ce procédé de déphosphatation ne produit aucunes boues et ne nécessite aucune électricité. L’alumine doit quant à elle être remplacée après 3 à 5 ans pour une résidence permanente.

Hydro Kinetic

Système Enviro-Septic®

www.enviro-septic.com

Le système Enviro-Septic est composé de conduites cylindriques perforées en polyéthylène haute densité entourées d’une membrane de fibre et déposées sur une couche de sable filtrant.

À la sortie du bâtiment, l’eau usée transite d’abord par une fosse septique avant d’être dirigée vers une boîte de distribution. Cette boîte de distribution permet une répartition égale de l’eau dans les conduites Enviro-Septic. Les bactéries se fixent sur les parois des conduites et vont se nourrir des polluants contenus dans l’eau. L’eau qui s’écoule des conduites traverse ensuite une couche de sable filtrant qui permettra de finaliser le traitement avant de rejoindre le sol naturel en dessous.

Les conduites Enviro-Septic sont durables et ne nécessite aucun remplacement. Le système doit quant à lui être ventilé par une conduite d’évent près de l’installation.

Enviro Septic

Waterloo®

www.biofiltre-waterloo.com

Le Biofiltre Waterloo est une solution de traitement qui intègre un réservoir enfoui (le digesteur), un caisson hors-sol (le Biofiltre Waterloo) et une unité avec lampe UV. Cette technologie sera principalement utilisée lorsque l’effluent prétraité sera rejeté au fossé ou dans un cours d’eau.

Le digesteur est un réservoir (similaire à une fosse septique) équipé d’éléments qui augmente son efficacité en maximisant le trajet de l’eau à l’intérieur de la cuve. Le travail de décantation et de digestion est plus efficace ce qui fait que le rendement du digesteur est supérieur à celui d’une fosse septique de base. Cette efficacité se traduit même par une diminution de la production de boues et d’écume.

L’effluent du digesteur passe ensuite par le Biofiltre Waterloo qui rabat les polluants avant d’acheminer les eaux dans l’unité UV qui termine la désinfection. L’eau traitée passe ensuite par un puits d’échantillonnage avant d’être acheminée vers un exutoire permettant le rejet final dans un cours d’eau ou un fossé selon les possibilités offertes par la règlementation et les contraintes du site.

La clé du Biofiltre Waterloo est son média filtrant absorbant breveté. Les eaux du digesteur sont distribuées uniformément sur la surface du milieu filtrant où elles sont absorbées et « retenu en place » suffisamment longtemps pour permettre un rabattement efficace des polluants. Comme les eaux usées percolent lentement vers le bas, des microorganismes se développent naturellement dans le média ou ils dégradent les matières solides et organiques et éliminent une partie des coliformes fécaux pour produire un effluent clair et inodore.

technologie_PRINCIPALE

Besoin de services professionnels en environnement?